Auguste Rodin : un sculpteur infernal

Figure 1 : Auguste Rodin, La Porte de l’Enfer, (1880-1890), Paris, Musée Rodin, S.01304, Bronze, 635*400 *85cm, Disponible en ligne.

Qui n’a jamais ressenti la frustration d’entreprendre une tâche pour finalement ne pas parvenir à la mener à terme ? Ce sentiment du travail inachevé et d’incapacité est une expérience partagée, même par des figures illustres comme le célèbre sculpteur français Auguste Rodin. Le principal défi auquel Rodin est confronté est la commande de l’État pour la réalisation de la porte monumentale du Musée des Arts Décoratifs du Palais du Louvre, pour lequel il suggère lui-même le sujet. C’est ainsi qu’en 1880 on lui confie la création de La Porte de l’Enfer (Fig. 1), à laquelle il travaille sans relâche jusqu’à sa mort.

Ce projet monumental comprend deux processus créatifs distincts : d’une part, la réalisation de maquettes préparatoires, et d’autre part, celle de la sculpture proprement dite. Au début du projet de La Porte de l’Enfer, Rodin réalise trois maquettes. Le premier dessin présente une porte inspirée par la Porte du Paradis de Lorenzo Ghiberti au Baptistère de Florence (1425-1452), avec deux vantaux divisés en cinq caissons chacun. Cette idée évolue rapidement vers une porte à deux vantaux sans répartitions internes, donc si dans la porte de Ghiberti la représentation est divisée en scène dans des caisson, Rodin, en créant une scène unique, ne fait pas recours à des divisions.

Grâce aux dessins, Auguste Rodin commence à visualiser ses idées, qui sont ensuite sculptées. La Porte de l’Enfer représente un vaste travail pour l’artiste, qui ne parvint jamais à achever son œuvre, la retravaillant pendant plus de vingt ans. Bien que la plupart des portes que nous possédons présentent des différences entre elles, elles sont toutes constituées de deux vantaux, comptant au total environ deux cents figurines de corps nus, auxquelles s’ajoutent également des créatures infernales ou fantastiques telles que des serpents et des centaures. Parmi tous les personnages de l’Enfer dantesque, nous retrouvons trois groupes qui sont devenus à leur tour des sculptures indépendantes.

Le Penseur (Fig. 2) est une figure qui, d’après les maquettes, est censée dominer la Porte de l’Enfer. Nous y reconnaissons Dante ainsi que Rodin lui-même : le premier, par son écriture, a conféré une puissance sculpturale à l’au-delà, alors que le second est le sculpteur de Dante. La position de cette statue, surplombant la Porte, représente l’artiste veillant sur sa création, que ce soit le poème ou bien la sculpture.

Figure 2 : Auguste Rodin, Le Penseur, 1903, Paris, Musée Rodin, S.01295, Bronze, 189*98*140cm, Disponible en ligne.


Le Baiser (Fig. 3), groupe représentant Paolo et Francesca (chant V de l’Enfer), est initialement intégré à la Porte, mais il est devenu désormais une œuvre indépendante. En effet, lorsque Rodin a compris que la représentation des deux amants unis pour l’éternité manquait de cohérence, parce que la tendresse de cet amour ne corresponde pas aux tons dramatiques de la souffrance de l’enfer, il a décidé de la retirer du projet monumental. Ce groupe a été remplacé par Fugit amor (Fig. 4), où les deux corps se tiennent dos à dos, leur tension exprimant le désir de se rejoindre, alors que le destin cruel les maintient séparés pour l’éternité. La version sculptée du Fugit amor est bien plus dramatique et plus adaptée au ton de l’enfer.

Figure 3 : Auguste Rodin, Le Baiser, vers 1882, Paris, Musée Rodin, S.1002/Lux.132, marbre, 181,5*112,5*117cm, Disponible en ligne.
Figure 4 : Auguste Rodin, Fugit Amor, 1886, Paris, Musée d’Orsay, RF 2241, bronze et fonte au sable, 38,8*46*33,5cm, Disponible en ligne.

Le dernier groupe représente le comte Ugolin (Fig. 5) (chant XXXIII de l’Enfer) penché sur ses enfants, dans l’acte de les dévorer. Le groupe est composé du grand corps d’Ugolin, dont la tension musculaire et la posture témoignent de la puissance, et de ses enfants, représentés comme des petits êtres chétifs. Le visage baissé d’Ugolin dissimule sa souffrance, reléguée au second plan face à la brutalité de ses actes.

Figure 5 : Auguste Rodin, Ugolin et ses enfants, 1881-1882, Paris, Musée Rodin, S.01427, plâtre, 41*39,1*60,9cm, Disponible en ligne.

Bibliographie

Alhadeff, A., “Rodin: A Self-Portrait in the Gates of Hell”, The Art Bulletin, 48(3/4), 1966, pp. 393–395.

Hare, M. J., Autobiographical Notes by Rodin in a Letter to Gaston Schefer, 1883, RACAR: revue d’art canadienne / Canadian Art Review, 17(2), 1990, pp. 158–162.

Le Normand-Romain, A., Rodin e l’Italia, De Luca, 2001.

Stupazzoni, M., Rodin e gli scrittori/et les écrivains. Dante, Balzac, Hugo, Baudelaire, a cura di/par les soins de Alberto Fiz. Studi Francesi, 149, 2006, p. 183.

Vilain, J., Rodin at the Musée Rodin, Scala, 1996.



Concernant la relation Auguste Rodin et Dante, voir aussi Auguste Rodin : dessiner l’au-delà

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Federico Siragusa (4 mai 2024). Auguste Rodin : un sculpteur infernal. DHAF- Dante d'hier à aujourd'hui en France. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nrm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search