Auguste Rodin : dessiner l’au-delà

Figure 1: Auguste Rodin, Virgile portant Dante évanoui, 1897, Bordeaux, Musée Goupil, pl. 105, photogravure et impression en couleurs, largeur feuille 34,9 cm, Disponible en ligne.

Après avoir effectué plusieurs voyages en Italie, et grâce à la lecture de l’Enfer de Dante dans la traduction d’Antoine de Rivarol, le sculpteur français François-Auguste-René Rodin (1840-1917), connu sous le nom d’Auguste Rodin, trouve une source d’inspiration dans l’art de la Renaissance italienne, notamment dans les œuvres de Michel-Ange, ainsi que dans le poème de Dante.

Le dessin joue un rôle essentiel dans son développement artistique, entamé en 1864 par une série de dessins d’après nature. Entre 1870 et 1890, Rodin parvient à dessiner en atelier d’après ses souvenirs ou en laissant libre cours à son imagination. Ces étapes, qui caractérisent la production des dessins de Rodin, sont aussi marquantes que sa lecture de l’Enfer de Dante en 1878, définissant ainsi sa « période dantesque ».

À cette période, un intérêt particulier est porté aux 124 dessins recueillis dans un album[1] édité par Goupil aux frais de Fenaille, ami de Rodin. Ces dessins, ainsi que ceux exposés au Musée Rodin, ont servi au processus créatif de la Porte de l’Enfer, une commande qui lui a été confiée en 1880, d’autres dessins ont donné lieu à des groupes sculpturaux séparés, tandis que d’autres encore n’ont pas été sculptés du tout. Bien que le centre d’intérêt principal de Rodin soit l’enfer de Dante, l’artiste a également réalisé des dessins qui visent plutôt à un questionnement de la tradition mythologique, comme dans le cas d’Icare et Phaëton (Fig. 2), ou bien de créatures comme le Centaure (Fig. 3). Une autre thématique est celle des deux sources majeures d’inspirations de Rodin, à savoir Michel-Ange (Fig. 4) et Dante, dans Virgile portant Dante évanoui (Fig. 1).

Figure 2 : Auguste Rodin, Icare et Phaëton, 1897, Bordeaux, Musée Goupil, pl. 86, photogravure et impression en couleurs, largeur feuille 35 cm, Disponible en ligne.
Figure 3 : Auguste Rodin, Centaure, 1897, Bordeaux, Musée Goupil, pl. 49, photogravure et impression en couleurs, largeur feuille 34,8 cm, Disponible en ligne.
Figure 4 : Auguste Rodin, Michel-Ange, 1897, Bordeau, Musée Goupil, pl. 119, photogravure et impression en couleurs, largeur feuille 31,1 cm, Disponible en ligne.

Même si la traduction de Rivarol, lue par Rodin, ne contient que l’Enfer, l’artiste connaît également les autres « cantiche », comme en atteste la présence de Phaëton (chant XVII du Paradis) et le dessin du Purgatoire (Fig. 5), tandis que la source d’inspiration des dessins illustrant Dante et Béatrice (Fig. 6) dans les trois cantiques n’est pas clairement définie.

Figure 5 : Auguste Rodin, Purgatoire, 1897, Bordeaux, Musée Goupil, pl.85, photogravure et impression en couleurs, largeur feuille 35 cm, Disponible en ligne.
Figure 6 : Auguste, Rodin, Dante et Béatrice, 1897, Bordeaux, Musée Goupil, pl. 96, photogravure et impression en couleurs, largeur feuille 34,9 cm, Disponible en ligne.

Bibliographie

Bourdelle, É.-A., & Geissbuhler, E. C., Rodin: Later drawings, Peter Owen, 1964.

Hare, M. J., Autobiographical Notes by Rodin in a Letter to Gaston Schefer, 1883, RACAR: revue d’art canadienne / Canadian Art Review, 17(2), 1990, pp. 158–162.

John, T., & Miall, R. C., “Auguste Rodin Draws Blind: An Art and Psychology Study”, Leonardo, 52(5), 2019, pp. 483–491.

Le Normand-Romain, A., Rodin e l’Italia, De Luca, 2001.

Stupazzoni, M., Rodin e gli scrittori/et les écrivains. Dante, Balzac, Hugo, Baudelaire, a cura di/par les soins de Alberto Fiz. Studi Francesi, 149, 2006, p. 183.


[1] https://musee-goupil.opacweb.fr/fr/collections/dessins-de-rodin?p=1



Concernant la relation Auguste Rodin et Dante, voir aussi Auguste Rodin : un sculpteur infernal

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Federico Siragusa (3 mai 2024). Auguste Rodin : dessiner l’au-delà. DHAF- Dante d'hier à aujourd'hui en France. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nrl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search